Le blog de Stéphane Dalmard

Aucun commentaire

Dvgrab permet la capture, en ligne de commande, de séquences vidéo DV et HDV via une liaison IEEE1394 (FireWire).

Installation

Dans le terminal:

sudo apt-get install dvgrab

Dvgrab en mode interactif

sudo dvgrab -i

-i permet de lancer dvgrab en mode intéractif et de le contrôler le lecteur (lecture, stop, pause, avance rapide...) ctrl-c pour interrompre la commande.

Going interactive. Press '?' for help.
q=quit, p=play, c=capture, Esc=stop, h=reverse, j=backward scan, k=pause
l=forward scan, a=rewind, z=fast forward, 0-9=trickplay, space=play/pause
"Playing Paused" ff :ff :ff :ff "" sec

Par défaut le fichier vidéo est enregister en .avi, cependant les extensions dv, dif, mov, jpg, jpeg et m2t (HDV) sont possibles.

Options

Quelques options intéressantes:

  • -a, --autosplit => détecte les différentes séquences et les enregistre dans des fichiers différents.
  • -f, --format => détermine le format de sortie de la vidéo. dv1 | dv2 | avi | raw | dif | qt | mov | jpeg | jpg | mpeg2 | hdv
  • -d, -duration time => déterminer une durée maximale de la capture
  • -s, -size num => détermine le poids maximum par fichier (par défault le pods max est 1024 MB).
  • -timecode => ajouter le timecode de l'image de début à chaque fichier.
  • -t, -timestamp => ajouter la date et l'heure d'enregistrement de chaque fichier.

Exemple

dvgrab --autosplit --format mov --timestamp nom-du-fichier-

ref :

Aucun commentaire

Cette page propose des outils possibles dans la constitution d’un flux de postproduction libre professionnel tournant sous plate-formes linux.
Parler de vidéo libre est exagérée car dans mon cas beaucoup de codecs utilisés pour les transcodages sont propriétaires. Cependant la plate-forme (Debian) et les logiciels utilisés sont libres et open-source.

Voici donc les différents éléménts logiciels constituants mon workflow sous GNU/Linux.

IMPORT

Certains codecs peuvent être plus complexe à décoder rendant le montage et l’étalonnage plus lent, il est alors nécessaire de passer par des codecs intermédiaires comme le DnxHD d’Avid et le Prores d’Apple.

De plus Lightworks n’acceptant dans un projet que des média ayant le même nombres d’images par seconde, il est nécessaire de réaliser une conversion. En l’occurrence j’ai choisi le format ProRes standard (pour les vidéos source enregistrées en 422) qui augmente le poids de la vidéo mais qui est sans pertes. En parallèle je réalise une conversion prores proxy pour alléger le travail lors du montage (voir lwksProxyEditing).

J’ai alors deux dossiers vidéo :

  • Maître
  • proxy

Exemple de commande de conversion pour dossier maître :

avconv -i IN -threads auto -r 25 -s hd1080 -c:v prores -profile:v standard -c:a aac -strict experimental -y OUT.mov

Exemple de commande de conversion pour dossier proxy :

avconv -i IN -threads auto -r 25 -s hd720 -c:v prores -profile:v proxy -c:a aac -strict experimental -y OUT.mov

DPX : passerelles Montage/Compositing (Lightworks/Blender/Natron)

Les plans nécessitants des effets spéciaux sont identifiés via Lightworks et la plage est exporté en une suite d’images DPX (ou le fichier video source est directement importé depuis Blender ou Natron). Une fois le travail effectué dans Blender (et,ou) Natron, l’export se fait en DPX (10bit).

Etalonnage

L’étalonnage final est réalisée directement sur Lightworks mais si il y a nécessité d’étalonnage nécessitant masques et suivi de mouvement alors un premier étalonnage est réalisé sous Blender ou Natron (travail en "espace colorimétrique linéaire").

Export, formats de distribution

  • Master : images (.dpx) + son (.wav) + sous-titres
  • Festival : h264 + aac (stéréo) à 50Mbps/s
  • Web : mp4, webm... (voir Html5 et Video)
  • Cinema : DCP (avec OpenDCP)

ref :

Aucun commentaire

Processus d'installation du driver Nvidia sur un ordinateur tournant sous Debian Wheezy et ayant une carte graphique NVIDIA (Quadro K2000).

Identification

Identification du processeur graphique de la carte graphique NVIDIA avec la commande lspci. Exemple:


$ lspci -nn | grep VGA



L'installation du paquet nvidia-detect permet d'identifier le processeur graphique et le pilote adapté.




Installation


1) Ajouter les sources "contrib" et "non-free" au fichier /etc/apt/sources.list.


Exemple:



deb http://http.debian.net/debian/wheesy main contrib non-free



2) Mettre à jour la liste des paquets et installer les paquets linux-headers et les modules du noyau.


Soit:



# aptitude update
# aptitude -r install linux-headers-$(uname -r|sed 's,[^-]*-[^-]*-,,') nvidia-kernel-dkms

Cela installera aussi le paquet recommandé nvidia-glx. DKMS compilera le module nvidia pour le PC.




3) Créer un fichier de configuration pour le serveur Xorg


Comme le pilote nvidia n'est pas détecté automatiquement par Xorg, un fichier de configuration doit être mis en œuvre.

Il faut donc éditer le fichier /etc/X11/xorg.conf.d/20-nvidia.conf de la manière suivante:



Section "Device"
Identifier "My GPU"
Driver "nvidia"
EndSection

On peut aussi créer ce fichier via cette commande:



# mkdir /etc/X11/xorg.conf.d
# echo -e 'Section "Device"\n\tIdentifier "My GPU"\n\tDriver "nvidia"\nEndSection' > /etc/X11/xorg.conf.d/20-nvidia.conf



4) Redémarrer le PC pour activer le blacklistage du nouveau pilote.



ref:


Aucun commentaire

Cet article propose de décrire mon expérience lors de l'installation de Libav, l'installation des codecs et la création de script d'automatisation de taches spécifiques.
Plus spécifiquement il s’agit de donner des exemples d'encodages vidéo via la commande avconv.

Installation et configuration de libav

Téléchargement de libav puis activation des librairies désirées.

Depuis le dossier d'installation de libav:

./configure --enable-gpl --enable-nonfree --enable-fri0r --enable-libfaac --enable-libmp3lame --enable-libvpx --enable-libx264 --enable-libxvid --enable-zlib
make
make install

Librairies externes

  • Librairie ACC pour l'encodage audio acc
  • Librairie Lame pour l'encodage en mp3
  • Librairie libvpx pour l'encodage en VP8
  • Librairie x264 pour l'encodage en H.264

Installation de yasm

Pour avoir la dernière version il est préférable plutôt que passer par le dépôt.

Lien de téléchargement: http://yasm.tortall.net/Download.html

Désinstallation de l'ancienne version:

sudo apt-get --purge remove yasm

Puis compiler la dernière version:

cd "yasm version"
./configure
make
make install

Installation libvpx

Téléchargement de la librairie: https://github.com/webmproject/libvpx/

Une fois la librairie décompressée créer un fichier build dans le même répertoire que la librairie:

mkdir build
cd build
../libvpx/configure
make

Pour avoir la liste des options de configuration:


../libvpx/configure --help

Installation x264

Téléchargement de la librairie: http://www.videolan.org/developers/x264.html

./configure
make
make install

Commandes

  • Transcodage Prores standard d'une vidéo pour travail en postproduction (besoin de définir le nombres d'images par seconde pour montage avec Lightworks).


    avconv -i IN -threads auto -r 25 -s hd1080 -c:v prores -profile:v standard -c:a aac -strict experimental -y OUT.mov

  • Transcodage Prores proxy d'une vidéo pour travail en postproduction légère (besoin de définir le nombres d'images par seconde pour montage avec Lightworks).


    avconv -i IN -threads auto -r 25 -s hd720 -c:v prores -profile:v proxy -c:a aac -strict experimental -y OUT.mov

  • Planche contact


    avconv -i video.avi -r 3 -s 128×96 -f image2 images_StoryBoard-%4d.png


    avconv –i video.mp4 –r 0.1 image%3d.jpg

  • Traitement par lot


    for f in *.mpeg; do avconv -i "$f" -options "${f%3.mpeg}.webm"; done

  • Couper

    • L'option -ss -> début de la séquence en secondes ou au format (HH:MM:SS)
    • L'option -t -> durée en secondes ou au format (HH:MM:SS)
    • Les options -vcodec copy -acodec copy -> copie sans transcodage du codec vidéo et du codec audio


    avconv -ss 0 -i source.m4v -t 100 -vcodec copy -acodec copy part1.mpeg


    avconv -ss 100 -i source.m4v -t 100 -vcodec copy -acodec copy part2.mpeg


    avconv -ss 200 -i source.m4v -t 100 -vcodec copy -acodec copy part3.mpeg


ref :

2 commentaires

Spread0r est un lecteur de texte qui vous permet de lire deux fois plus vite que d'ordinaire.
Et ce en réduisant la fatigue oculaire liée aux déplacements des yeux de mots à mots et de phrases à phrases.

C'est une application similaire à Spritz mais libre.

Cet article explique l'installation et l'utilisation de cette application open-source sur Linux (ubuntu).

Installation

Spread0r tourne sur toutes les plate-formes acceptant perl et gtk2-perl.

Installer gtk2 pour perl

Paquets necéssaires

sudo apt-get install build-essential
sudo apt-get install libgtk2.0-dev libglib2.0-dev libpango1.0-dev

Lancer cpan

sudo cpan

Installer depuis cpan les éléments suivants (dans l'ordre)

nb: zethos est un script javascript qui permet d'inséré un lecteur similaire à spread0r dans une page web.

install ExtUtils::Depends
install ExtUtils::PkgConfig
install Glib
instal Pango
install Gtk2

Lancement de spread0r via le terminal

Une fois l'arborescence téléchargée depuis le dépôt spread0r sur github, il suffit de taper :

./spread0r books/nom-livre.txt

Conversion des livres avec Calibre

Calibre permet la conversion de fichiers dans beaucoup de formats et en l’occurrence en .txt, utilisé par spread0r.

nb : zethos est un script javascript qui permet d'insérer un lecteur de texte similaire à spread0r dans une page web. Il y a aussi Squirt, un bookmarklet compatible tous navigateurs qui permet de lire une sélection de texte.

ref :

spritzinc.com

github.com/xypiie/spread0r

allmyit.com.au/perl-gtk2-ubuntu-904

perl.developpez.com/tutoriels/perl/gtk2/

Aucun commentaire

Installation et configuration de Openbox sous Ubuntu.
Openbox peut être une bonne alternative à Unity pour obtenir un gain en réactivité sur un ordinateur portable ou autre netbook par exemple. De plus une interface légère et minimaliste, privilégiant l'utilisation du clavier, facilite et optimise le travail au quotidien.

1) OpenBox (obconf et obmenu)

Openbox est un gestionnaire de fenêtres très léger et réactif. Obconf permet la configuration de openbox et obmenu permet l'édition du menu.

Site officiel de openbox.

Installation via terminal:

sudo apt-get install openbox obconf obmenu


Emplacement des trois fichiers de configuration d'openbox :

~/.config/openbox
  • rc.xml, définis les paramètres de comportement d'Openbox et les raccourcis clavier
  • menu.xml, liste ce qui doit apparaître dans le menu principal (peut être manipuler via obmenu).
  • autostart, détermine les programmes et paramètres à lancer au démarrage.

Ma config : rc.xml, menu.xml, autostart.




2) Tint2


Tint2 est une barre de tâches simple et légère.


Site officiel de tint2.


Installation via terminal:


sudo apt-get install tint2

La configuration de tint2 peut être faite avec l'outil tint2wizard.




3) Synapse & gmrun


Synapse est un lanceur d'application intelligent, pratique pour trouver et lancer applications, documents ...


Ajoutez le PPA : sudo add-apt-repository ppa:synapse-core/ppa


Raccourci pour lancer Synapse : CTRL + Espace


Site officiel de Synapse.


Gmrun, quant à lui, est un lanceur sous la forme d'une simple barre de commande.


Installation via terminal:


sudo apt-get install synapse gmrun



4) Nitrogen


Nitrogen est un gestionnaire de fond d'écran.


Installation via terminal:


sudo apt-get install nitrogen



5) PCManFM


PCManFM est un gestionnaire de fichiers.




6) Mirage


Mirage est une visionneuse d'images.




7) Tiling


Réaliser une pseudo-tiling via l'édition du fichier rc.xml.


Morceau de code correspondant aux raccourcies claviers de la pseudo-tiling dans le fichier rc.xml.



nb: Ne pas oublier d'éditer le fichier defaults.list. sudo emacs /etc/gnome/defaults.list




ref:


http://wealsodocookies.com/posts/openbox-a-windows-environment-for-hackers


http://doc.ubuntu-fr.org/openbox


http://doc.ubuntu-fr.org/tint2


http://doc.ubuntu-fr.org/synapse


http://doc.ubuntu-fr.org/pcmanfm


http://featherbrained.ldumont.org/?/2012/04/OpenBox-raccourcis-emacs-pseudo-tiling/